Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec
Montréal / 514.842.2866

News

Membership application form

September 15, 2021

ATTENTION: We are currently experiencing technical problems with our online application form. We are sorry for this inconvenience.
Please contact Manon Robert in the Member Services Department, 514-842-2866 # 245

FEDERAL ELECTIONS

September 17, 2021

The GMMQ, in conjunction with the FNCC-CSN, provides a table comparing the demands of 9 cultural associations and the electoral programs of the various candidates. [in french]

PDF document

COVID-19 : Pour les musiciens professionnels, la reprise tarde à se faire sentir

July 14, 2021

Montréal, le 14 juillet 2021 - Au moment où quelques spectacles et Festivals de musique reprennent au Québec, La Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) a sondé les musicien.nes professionnel.les afin de savoir si leur situation professionnelle et financière s’améliorait. Il en résulte que 40% d’entre eux éprouvent toujours des difficultés financières, et 44% qualifient leur situation professionnelle de difficile. Même si les salles de spectacles ont été autorisées à reprendre leurs activités avec des restrictions, la reprise tarde à se faire sentir pour plusieurs.

Depuis la réouverture des salles le 26 mars dernier, seulement 12% des musiciens sondés considèrent leur situation professionnelle satisfaisante. 44% d’entre eux la qualifient d’être en voie de s’améliorer, tandis qu’elle est difficile pour 44% d’entre eux. 

Compensations 

Le gouvernement du Québec s’était engagé, par le biais de deux programmes à la SODEC et au CALQ, à compenser les pertes de certains spectacles reportés ou annulés entre le 1er octobre 2020 et le 31 août 2021, et veillerait à ce que les artistes et travailleurs culturels soient compensés pour les pertes de cachets.  

84% des musiciens professionnels sondés ont subi une perte de rémunération liée à une annulation de spectacle due à la crise sanitaire. Parmi eux, à ce jour, seulement 29% ont reçu une compensation, et dans cette part, seulement 16% estiment que les sommes reçues ont compensé adéquatement leurs pertes. Nous sommes toutefois conscients qu’il reste des sommes à distribuer dans ces programmes, et que plusieurs musiciens attendent toujours d’être compensés.  

Nous saluons l’effort du gouvernement pour compenser les pertes de cachets, mais force est de constater que plusieurs musiciens.ennes ont été laissés en plan parce que leurs spectacles n’étaient pas éligibles aux programmes d’aide. La mise en place d’une assurance-emploi pour les travailleurs autonomes et artistes prend ici toute son importance. 

On note aussi que 18% des personnes sondées ont reçu de l’aide directe par le biais de fondations charitables (Fondation des Artistes, Fonds Jean-Carignan, Unison) ou du Fonds d’urgence du MCCQ.  

Continuer d’aider les interprètes jusqu’à une reprise complète

36% des personnes sondées reçoivent actuellement la PCRE (prestation canadienne de relance économique). Alors que cette prestation prend fin le 25 septembre, plusieurs musiciens professionnels sont inquiets quant à leur avenir. Dans un contexte incertain où les engagements tardent à revenir, et où les salles sont encore soumises à d’importantes restrictions sanitaires, la GMMQ est favorable à une forme d’aide fédérale et/ou provinciale qui continuerait à soutenir les travailleurs des arts de la scène après la fin de la PCRE, le temps que le secteur des arts de la scène reprenne son souffle.  

N.B. 507 musiciens professionnels ont répondu au sondage. Il a été effectué entre le 6 et le 14 juillet 2021.  

Statistiques complètes. 

Call for applications

July 12, 2021

 

As part of four activities that will take place at the Grande Bibliothèque, in collaboration with La Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), La Grande Bibliothèque is looking for a performer of traditional Quebec music to participate in the first activity of the "Raconte-moi ta musique" series.

The objective of this series of activities is to highlight a Quebec artist for two (2) months, in the Music and Film Section of La Grande Bibliothèque. A musical installation will showcase the artist's creations and a showcase will explain the artist's inspirations, his musical favourites and his career path. Once (1) during these two months of promotion, the artist will come to the library to meet the users in a room that can accommodate a maximum of 25 users for one (1) hour.  He will talk about his creative process, his inspirations and answer questions from the public and the facilitator, all of which will be interspersed with a short acoustic performance.

The first event will take place on September 26, 2021 at 2:00 pm on the 4th floor of the Grande Bibliothèque (the event will be held online if health conditions prevent us from holding the event on site).

The artist will be paid according to the Guild's minimum rates for their one-hour performance (educational concert category). The artist will have to authorize the Grande Bibliothèque to broadcast excerpts of his creations in the musical installation and the display of his works in the exhibition window for a period of 2 months.

Condition: be a member of the GMMQ.

To apply: send your application, with links to your website and/or videos, before July 31st by email to oscar.varela@banq.qc.ca.

Good luck!

Important - Notice of Audition

July 08, 2021

Please note that as of July 15, audition notices will be sent by email only (for Quebec symphony orchestras).

Make sure you have a valid email address on file and the addresses auditions@gmmq.com and agent2@gmmq.com in your contacts.

You can update your email address and preferences online in your member space, in the "profile" section, or contact Manon Robert, Member Services, by phone at 514-842-2866, extension #245.

We are initiating the change with a view to reducing our environmental impact and overall savings. Thank you for your understanding.

Festival musique de Chambre Montréal

July 08, 2021

Les jeunes virtuoses de Montréal- Auditions

Announces auditions for the following vacancies
A string ensemble of 15 musicians conducted by Denis Brott
LES JEUNES VIRTUOSES DE MONTRÉAL
• 8 violins
• 3 violas
• 3 cellos
• 1 bass

6 WEEK PROJECT TO TAKE PLACE IN MONTREAL BETWEEN
SEPTEMBER 13 & OCTOBER 30TH 2021.

CV deadline is July 31st, 2021.
For information concerning audition repertoire, please refer to www.festivalmontreal.org

Pour plus d'informations

Réformer la loi sur le statut de l’artiste, la priorité de la rentrée

July 08, 2021

Le gouvernement de François Legault s’est engagé à déposer à l’Assemblée nationale, au cours du présent mandat, un projet de loi visant à réformer la Loi sur le statut de l’artiste. En ce sens, la ministre de la Culture a amorcé les consultations à l’hiver dernier : plusieurs intervenants ont été invités à présenter l’état de leurs réflexions et les améliorations qu’ils souhaitent voir apporter au cadre législatif régissant le travail des artistes, créateurs et professionnels du secteur culturel. Le mémoire présenté par la GMMQ peut être consulté ici.

Tout un chacun, nous avons subi les carences de la Loi sur le statut de l’artiste à un moment ou un autre de notre carrière : Des négociations d’ententes collectives qui traînent en longueur; des productions sans contrats GMMQ même si elles sont très subventionnées. Ces situations entrainent de sérieuses conséquences sur les cachets, les conditions de travail, les contributions à la caisse de retraite et vos recours en cas de litige. 

Autant de raisons de revoir le cadre législatif qui gouverne le milieu des arts et de la culture. Après avoir fait un pas de côté au printemps, la ministre Nathalie Roy a réitéré la volonté du gouvernement de déposer ce projet de réforme avant la fin du présent mandat.  

Depuis plusieurs mois, nous travaillons de pair avec des associations d’artistes de différents secteurs afin d’augmenter la pression sur le gouvernement pour que cette réforme tant attendue soit non seulement présentée dès l’automne, mais qu’elle puisse également rencontrer les objectifs que nous poursuivons, soit d’améliorer les conditions socioéconomiques des artistes que nous représentons.  

Rappelons-nous que lors de son adoption initiale, la Loi sur le statut de l’artiste visait à nous doter d’un régime de négociation collective adapté à la réalité particulière du travail dans le domaine des arts et de la culture. Malgré des modifications législatives apportées en 1997 et en 2009 et malgré la pertinence des recommandations du rapport L’Allier en 2010 (dont aucune, faut-il rappeler, n’a été mise en œuvre à ce jour!), force est de constater que des lacunes importantes dans la Loi sur le statut de l’artiste ont contribué à maintenir l’état de précarité et de pauvreté auxquels sont soumis un trop grand nombre d’artistes que nous représentons.  

En dépit des données objectives qui appuient la nécessité de renforcer nos droits en matière de travail et de négociation collective, il y a fort à parier que des voix s’élèveront pour plaider en faveur du statu quo. C’est le cas de certaines associations de producteurs ou de diffuseurs, dont les mémoires déposés à l’hiver militent pour le maintien statu quo, voire pour une réduction des droits collectifs des artistes en matière de travail.  

Voilà pourquoi il sera important d’accentuer la pression sur le gouvernement, dès la rentrée, pour nous assurer que la réforme annoncée puisse d’abord et avant tout répondre aux besoins et aux aspirations des artistes qui demeureront toujours la matière première des arts et de la culture au Québec.  

Soyez donc à l’affût : votre collaboration pour faire connaître, partager et relayer le point de vue des artistes sera des plus importantes pour nous assurer de renforcer nos droits et améliorer nos conditions de vie et de travail, et ce, afin d’assurer l’épanouissement et le rayonnement des arts et de la culture d’ici. Une occasion de cette ampleur n’arrive pas fréquemment. Notre mobilisation collective sur ces enjeux sera déterminante.  

Sur ce, nous vous souhaitons un bel été et un retour progressif à la normale après cette longue pandémie.  

 

C-10 : une occasion ratée, déplorent les associations d'artistes du Québec

June 23, 2021

Montréal, le 23 juin 2021 — Après l’adoption in extremis du projet de loi C-10 en troisième lecture par les parlementaires de la Chambre des communes, les associations d’artistes du Québec déplorent le blocage aussitôt annoncé par certains sénateurs conservateurs. Alors que le temps semble manquer à Ottawa pour adopter ce projet de loi visant à réformer la loi sur la radiodiffusion, l’APASQ, l’AQAD, l’ARRQ, la FNCC–CSN, la GMMQ, la SARTEC, TRACE, l’UDA et l’UNEQ déplorent que la possibilité d’enfin assujettir les géants du numérique aux mêmes règles que les entreprises canadiennes soit ainsi bousillée, malgré les efforts soutenus des députés libéraux et bloquistes et l’appui des néodémocrates.

Depuis longtemps déjà, ces associations d’artistes, d’auteurs et de professionnels du milieu des arts et de la culture, qui représentent plus de 26 000 créatrices et créateurs québécois, urgent les parlementaires canadiens d’encadrer ces multinationales étrangères afin qu’elles soient soumises aux mêmes objectifs de production et de diffusion de contenus francophones et canadiens, au même titre que toute entreprise soumise à la Loi sur la radiodiffusion. Cette iniquité, rappellent-elles, menace grandement la viabilité de nombreuses entreprises culturelles au pays, tout comme le rayonnement culturel canadien et le fait francophone en Amérique du Nord.

Ces associations ont dénoncé, au cours des dernières semaines, l’obstruction parlementaire et l’utilisation erronée du prétexte de la « liberté d’expression » des citoyennes et des citoyens canadiens. De nombreux spécialistes, font-elles valoir, ont dû rappeler que le projet de loi C-10 visait à établir une équité législative et règlementaire qui inclut les plateformes commerciales étrangères de diffusion en ligne et non les individus. Ces experts ont également affirmé que la loi n’entraîne aucun risque de voir le CRTC se mettre à règlementer les vidéos provenant de particuliers et qu’il ne pouvait, en aucun cas, brimer la liberté d’expression au pays. Des éléments confirmés par un avis du ministère de la Justice, et ce, à la demande expresse des conservateurs siégeant au comité du Patrimoine chargé de l’étude du projet de loi.  

 

À propos

Représentant près de 26 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs confondus à travers le Québec, les neuf associations œuvrant dans le milieu des arts et de la culture sont les suivantes :

 

AN OPEN LETTER TO THE HONOURABLE RACHAEL HARDER, MP

June 07, 2021

Dear Madam,

Many of us in the arts community have shown tolerance to your wildly inaccurate objections to Bill C-10, and even been lightly amused by your confusion between the Charter of Rights and The Broadcast Act. However, your latest proclamations regarding Canadian artists, particularly in Quebec, has served to do nothing but cost you the respect of artists across this country.

You recently stated the following:

These artists (many of whom originate in Quebec) are not able to make a living of what they are producing so they require grants that are given to them by the government. And so these little, niche lobby groups composed of outdated artists are going to the Liberal government and asking them to charge these large streaming companies in order to bring about more money to put into these grant funds so these outdated artists can then apply for that money so they can continue to create material Canadians don’t want to watch.”

It’s painfully obvious that you have no experience or actual data as to what artists are seeking, and are clearly oblivious to the fact that the issues are not only a Canadian matter, but a correction to technological injustices that are worldwide.

First of all, the entertainment industry in Canada is larger than mining, lumber and tourism combined, although it has been decimated by the pandemic. Hardly a niche, lobby group.

Big Tech has, in most countries around the world, considered themselves above the law, as Copyright and remuneration models that were applicable in the analogue world were disdainfully ignored and dismissed as technology evolved. The result has been wholesale exploitation of musical artists and the expropriation of their intellectual property by giant corporations that have a single agenda – to accumulate, control and monetize all content for little or no cost.

Bill C-10 begins to level the playing field. If Big Tech wants to act like a traditional broadcaster, through the production and exhibition of programming and content in Canada, then the existing rules and obligations must apply. Further, they must not be allowed to escape bargaining fair wages, benefits and distribution by the unions and guilds which represent musicians, actors and stagehands within the TV and Film industry.

Big Tech is desperate to retain absolute power and avoid regulation by any means, one example being the $36 million USD that Google spent in an attempt to scuttle the EU Article 13, whereby internet tech giants – including Facebook, Google, and Microsoft – would have to install “effective technologies” to ensure content creators, artists, and authors receive fair pay for their work online.

In the United States, Alphabet (parent company of Google) spent over $18 million lobbying politicians in 2017, according to federal disclosure records. Facebook spent $11.5 million on lobbying, Amazon over $12.8 million, Microsoft $8.5 million, and Apple spent $7 million.

So the question must be asked, why are you so adamant that the insatiable corporate greed of these multinationals goes unchallenged in Canada through modernizing legislation? Why are you determined to ensure that artists in this country be kept muzzled, controlled and prevented from exercising their inalienable rights to fair compensation for both their work and intellectual property? It certainly can’t be that you are that afraid of losing your ability to upload cat videos (which was a total red herring).

As an elected representative, expectations are that you would exhibit more pride in Canada’s artistry and talent, support their development and accomplishments and encourage the protection of our culture from being overshadowed by our neighbours to the south. So many of our artists have become world-famous, not in small part due to Canadian Content initiatives.

Yes, artists throughout the world were once able to scratch out a modest income through record sales and live touring. Streaming services paying a tiny fraction of a penny per stream coupled with a system weighted to pay only the highest stream earners, has decimated their earning potential. It's not the artists who are “stuck in the ‘90’s,” but the antiquated laws which allow for a system that pays everybody but the artist. When you find it preferable to berate and humiliate the artists in this country (and in particular Quebec) in order to defend the morally corrupt corporations that threaten the future of music as a viable career, you invite questions as to your ethics and suitability. An apology is certainly in order.

Respectfully,

Alan Willaert

AFM Vice-President from Canada

American Federation of Musicians of the United States and Canada

 

C-10: Quebec artists' associations encouraged by acceleration of parliamentary work

June 07, 2021

MONTRÉAL, le 7 juin 2021 /CNW Telbec/ - L'APASQ, l'AQAD, l'ARRQ, la FNCC-CSN, la GMMQ, la SARTEC, TRACE, l'UDA et l'UNEQ se réjouissent de l'accélération des travaux parlementaires entraînés par l'adoption à la Chambre des communes d'un baîllon permettant de terminer l'étude du projet de loi C-10. Pour ces associations d'artistes, d'auteurs et de professionnels du milieu des arts et de la culture du Québec, le recours au baîllon était devenu nécessaire en raison de l'obstruction pratiquée par certains députés à Ottawa.

Depuis longtemps déjà, ces associations représentant plus de 26 000 créatrices et créateurs québécois urgent les parlementaires canadiens d'assujettir les géants du numérique aux mêmes règles que les entreprises de radiodiffusion présentes au Canada. Elles estiment que ces entreprises étrangères doivent respecter les objectifs de production et de diffusion de contenus francophones et canadiens, au même titre que toute entreprise soumise à la Loi sur la radiodiffusion. Cette iniquité, rappellent-elles, menace grandement la viabilité de nombreuses entreprises culturelles au pays, tout comme la souveraineté culturelle canadienne et le fait francophone en Amérique du Nord.

Ces associations ont dénoncé, au cours des dernières semaines, l'obstruction parlementaire et l'utilisation erroné du prétexte de la « liberté d'expression » des canadiennes et des canadiens. De nombreux spécialistes, font-elles valoir, ont dû rappelé que le projet de loi C-10 visait les entreprises et non les Canadiennes et les Canadiens, qu'il n'entraînait aucun risque de voir le CRTC se mettre à règlementer les vidéos provenant d'individus et qu'il ne pouvait, en aucun cas, brimer la liberté d'expression au pays. Des éléments confirmés par un avis du ministère de la Justice, et ce, à la demande expresse des conservateurs siégeant au comité du Patrimoine chargé de l'étude du projet de loi.  

Les associations d'artistes du Québec demandent maintenant aux parlementaires de procéder rapidement à l'adoption du projet de loi en troisième lecture, et ce, avant l'ajournement des travaux parlementaires.

À propos

Représentant près de 26 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs confondus à travers le Québec, les neuf associations œuvrant dans le milieu des arts et de la culture sont les suivantes :

SOURCE Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC–CSN)

VICE-PRESIDENCY MONTREAL: VOTING RESULTS

June 06, 2021

Montreal, June 6, 2021 - From May 12 to June 6, GMMQ members were invited to vote electronically to elect the GMMQ MTL Vice President.

With a participation rate of 34%, and with 61% of the votes, Geneviève Plante is elected vice-president Montreal of the GMMQ. Congratulations to her!

Geneviève Plante will continue her work within our organization where she has been a director for 15 years, and Vice-President Montreal for 12 years. She is very active on several committees, including the communications committee.

A big congratulations to the other candidate, Nicolas Cousineau, for his investment in the campaign.

The GMMQ wishes to highlight the very good participation rate of its members in this election, higher than the rates recorded in the past. The two candidates led a stimulating campaign and were able to involve the members in this event of the democratic life of their association. Congratulations to all!

Geneviève Plante will complete the rest of the Board of Directors, which was renewed on April 22, during the nomination meeting.

With 1 candidate for each of the following positions, President Luc Fortin, Vice-President Quebec Jacques Bourget and Secretary-Treasurer Eric Lefebvre were re-elected by acclamation. This renewed confidence will allow us to continue the work begun on several large-scale projects in recent months.

With 9 directors positions and 9 candidates, the Board of Directors was elected by acclamation as well. It includes 2 new faces: Élisa Boudreau and Daniel Tardif (Quebec). They join the current team: Muhammad Abdul Al-Khabyyr, Line Deneault, Jean-Fernand Girard, Maxime Lalanne, Vincent Séguin, Claude Soucy (Quebec) and Annie Vanasse (Quebec). Congratulations to the newcomers and re-elected members!

The GMMQ warmly thanks the director Roberto Murray, who is leaving his seat after 5 mandates at the service of the GMMQ (15 years), and Nicolas Cousineau, outgoing candidate, with 4 mandates to his credit (12 years). We would like to thank them for their personal investment in our association, always at the service of Quebec musicians. A big thank you to them.

The new Board of Directors will begin its work on June 21!

 

CA 2018-2021: De gauche à droite: Muhammad Abdul Al-Khabyyr, Jacques Bourget, Roberto Murray, Eric Lefebvre, Luc Fortin, Line Deneault, Geneviève Plante, Marc Fortier (conseiller spécial), Nicolas Cousineau, Claude Soucy et Vincent Seguin. (absents sur la photo: Annie Vanasse, Jean Fernand Girard et Maxime Lalanne)

Crédit photo: Amélie Fortin

Photo du nouveau CA 2021- 2024 à venir !


 

Geneviève Plante


Photo credit: Amélie Fortin

A MANDATE FOR THE REBUILDING AND IMPROVEMENT OF OUR PROFESSION

Dear members,

From May 12 to June 6, you will exercise your right to vote and select the Vice President (Montreal Region) of the Quebec Musicians' Guild. I am pleased to announce that I am running for a fifth term in this position, and hope to again serve the Executive Committee and the Board of Directors for 2021 to 2024. We have reached a major milestone for the viability and advancement of music as a profession hit hard by the health crisis. Indeed, the pandemic has multiplied the problems and challenges of musicians and exacerbated their precariousness and lack of social protection. Things must change: we need to improve socioeconomic conditions and rethink funding models. Our association needs strong, visionary leadership, and I would be proud to help the GMMQ face these great challenges.

Some of my primary concerns:
- Anticipating, rethinking and planning after COVID;
- The psychological well-being of artists;
- The status of women and diversity;
- Revision of the laws on the status of the artist;
- Lobbying for a sustainable social net among freelancers and the self-employed and for the supervision of the giant web companies.

With my experience, knowledge and deep attachment to the cultural milieu of Quebec, I intend to engage with you with energy, enthusiasm and dynamism and campaign for a viable musical ecosystem, inclusive and respectful of the human side of the art. That is why I am again asking for your trust for the vice presidency of the GMMQ.

I have been an engaged member of the Executive Committee for 15 years – three years as an administrator, followed by four terms (12 years) as Vice President (Montreal Region). Thanks to my professional experience as a musician, teacher, entrepreneur and manager, I have acquired an intimate knowledge of the milieu, its needs and its challenges.

For the past 15 years, I have defended the artistic, social, moral and economic interests of musicians in the province. I have had the opportunity to participate in numerous portfolios – two years ago the President entrusted me to represent the Executive Committee during the development of the GMMQ's communication strategies, in addition to contributing to the development and writing of the Cyberbulletin and L’entracte in close collaboration with the Director of Communications. We have watched with great pride the significant increase in statistics related to the digital platforms. In addition, I was entrusted with helping the coordination committee organize the first musicians' gala (sadly postponed due to the health crisis). Recently, I was delegated with the status of women and diversity issues, which are of great interest to me. Finally, with the President and the Secretary Treasurer, I participate in the political follow-up meetings of the National Federation of Communications and Culture (FNCC-CSN). This important lobby brings together eight associations from the arts and culture sector, representing nearly 26,000 artists and workers in Quebec.

Geneviève Plante

 

Originally from Rimouski, Geneviève Plante started playing the trumpet with Jean Boucher at the age of 12. She studied under Trent Sanheim at the Rimouski Conservatory of Music and graduated in 2002. Geneviève obtained a Master of Music in Performance under Jean-Louis Chatel at McGill University in 2004. She continued studying with numerous renowned teachers, including Paul Merkelo (Canada), Guy Touvron and Jacques Mauger (France), Jim Ross and Vincent Penzarella (USA). Geneviève then expanded her training at HEC Montréal, studying a D.E.S.S. in the management of cultural organizations.

She has won various grants and acknowledgments throughout her career, including from the Pierre-Harvey Fund, the Beaulieu-Langis Foundation, the TELUS Foundation, the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Canada Council for the Arts.

Geneviève has performed with the Montreal Symphony Orchestra, the Theater of Early Music and L'Orchestre symphonique de l'Estuaire, among others. She has played on various projects including Stone, the homage to Luc Plamondon (Francofolies and FEQ 2018), and Pageant de canotgraphie, a show directed by Robert Lepage. Geneviève also played at the 29th and 30th editions of the Montreal International Jazz Festival as a part of the Bob & Bill ensemble. In 2010, she performed at the Canada Pavilion at the Shanghai World Expo in China.

Geneviève has played on the soundtracks of seven Cirque du Soleil shows (including albums): Chemins invisibles (2011 and 2013), Amaluna, Kurios, Joyà, Allavita! and Toruk. Her recordings include: Ce que je te donne ne disparaît pas (Stéphanie Boulay), À la découverte de la trompette! (Ateliers Mage), Crime Report (Bob & Bill), Hype-moi (Patrick Pleau) and the soundtrack to the film Nos voisins Dhantsu.

Geneviève performs regularly and teaches the trumpet privately. Inspired by her entrepreneurial values, she created the food blog Vert Couleur Persil in 2014. 

Broadcast Act Amendments Demystified & A Call to Action

May 06, 2021

Dear Members,   

We hope that you have been following our recent posts and those of our labour and industry peers in support of passing Bill C-10, amendments to the Broadcast Act.

The basis of all this is that government is having difficulty with the Conservatives in passing Bill C-10. The Conservative Party is desperate to delay passage until they can possibly get an election in the fall, and then use the contents of the Act to help them defeat the Liberals. Their rhetoric, if you have listened, is that government wants to infringe on everyone's basic rights and freedoms, and stop people from uploading their cat videos (as an example). In fact, it's just a political spin, but if you remember what happened with the so-called "iPod Tax”, politics destroyed the extension of the copying levy to digital media. Getting the public outraged over nothing is the intent, and it's working.

The creative industry in Canada will be at the mercy of the large internet giants without regulation and oversight by the CRTC, and various performer unions and industry peer groups are all releasing a statement in support of the Bill. We ask that you please lend your voices in support of B-10 through social media and contact your MP.

Points of reference for use in whole or in part within your communications:

This Bill is not about usurping the public's rights and freedoms; it never was. Any language which does not make that clear is sure to be tweaked and amended.

The passage of C-10 will update the Broadcasting Act to be consistent with today's reality where Canadians have access to multiple streaming services, and isn't coming for the cat videos or other amateur content posted by the general public user.

The Bill clearly and specifically stipulates that uploads from the general public are not regulated, and are exempted under section 2.1 of the Amended Act. This Act is aimed at companies that broadcast professional cultural content.

Furthermore, digital platforms play a very important role in the discoverability of creative content and music creators and performers must be better valued. Also, regulation will better help to ensure production of Canadian content.

The removal of 4.1 will ensure that all companies which broadcast cultural content will be subject to the same laws. Otherwise YouTube, Canada's #1 online music service, would have been exempted from the Act, but not Spotify, Apple Music and others – all of which could have the same content available for streaming. This loophole needs to be closed and social media companies do not need exemptions for their broadcasting activities.

Tag: #BillC10 @CdnHeritage @cfmusicians

To view CFM's most recent posts:

Facebook: https://www.facebook.com/158376390868196/posts/4139605722745223/?d=n

Twitter: https://twitter.com/cfmusicians/status/1389650955818446850?s=20

Sincerely and fraternally, 

Alan Willaert
Vice President from Canada

Réforme des Lois sur le statut de l’artiste

May 05, 2021

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Réforme des Lois sur le statut de l’artiste
Des engagements qui rassurent le secteur culturel

Montréal, 5 mai 2021 — L’APASQ, l’AQAD, l’ARRQ, la FNCC–CSN, la GMMQ, la SARTEC, TRACE, l’UDA et l’UNEQ saluent l’engagement des parlementaires de l’Assemblée nationale qui ont adopté aujourd’hui à l’unanimité la motion reconnaissant que les artistes ont été durement touchés par la pandémie et que leur travail exceptionnel doit être mieux encadré par une réforme en profondeur des Lois sur le statut de l’artiste.

Constatant jour après jour, données concrètes à l’appui, que les deux lois actuelles ne parviennent pas à améliorer les conditions socio-économiques des artistes — alors que c’est leur raison d’être — les organisations réclament une révision majeure de ces lois depuis plusieurs décennies et ont déposé au ministère des Communications et de la Culture des mémoires détaillés allant tous dans ce sens, en février dernier.

La pandémie ayant subitement aggravé une situation déjà extrêmement précaire pour les artistes, créateurs et professionnels de la culture, il y a, plus que jamais, urgence d’agir afin d’assurer la pérennité de notre culture et de permettre à celles et ceux qui lui donnent une âme de gagner leur vie adéquatement. Ainsi, nous sommes rassurés par les déclarations de la ministre Nathalie Roy qui s’est engagée, encore aujourd’hui, à respecter les promesses de son gouvernement de déposer un projet de loi et de régler cet enjeu durant son mandat actuel.

En cette matière, notre regroupement, qui représente quelque 26 000 membres, réitère sans réserve son entière collaboration afin de mener à bien cette réforme essentielle dès maintenant. Les Lois sur le statut de l’artiste ont été conçues pour les artistes, qui sont les mieux placés pour connaître leurs réalités et leurs besoins. 

Nous sommes impatients de discuter avec la ministre Roy afin d’accélérer les travaux de son ministère, malgré la pandémie, pour aboutir à un dépôt de son projet de loi dès la rentrée de l’Assemblée nationale l’automne prochain, et nous comptons sur l’appui de tous les députés afin qu’une nouvelle loi soit promulguée avant les prochaines élections.

– 30 –

À propos

Représentant près de 26 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs confondus à travers le Québec, nous rassemblons neuf associations œuvrant dans le milieu des arts et de la culture.

Source : Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC–CSN) 

Federal Budget - A strong signal for a revival of the cultural sector

April 20, 2021

APASQ, AQAD, ARRQ, FNCC-CSN, GMMQ, SARTEC, TRACE, UDA and UNEQ welcome Finance Minister Chrystia Freeland's budget and the strong signal sent by the Canadian government for the recovery of the cultural sector. This budget not only underscores the importance of culture as a pole of economic recovery and tourism in the country, but also how crucial it is to continue to support artists and creators in this time of health crisis. [translated]

See the Press Release in french.

Faire une demande d'aide au Fonds de soutien aux artistes et travailleurs du milieu culturel vivant de la détresse psychologique - (In french only)

April 14, 2021

Ce fonds est disponible grâce au financement du Conseil des arts de des lettres du Québec.

Ce fonds vise à donner accès à des services d’aide psychosociale aux artistes, artisans et travailleurs professionnels du milieu culturel qui vivent de la détresse psychologique. La pandémie a mis ces professionnels à rude épreuve en les isolant, mais surtout, en les privant de leur gagne-pain pendant plusieurs mois.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec, appuyé par le ministère de la Culture et des Communications du Québec, met à leur disposition un fonds pour défrayer les honoraires de consultation auprès d’intervenants psychosociaux tels des psychologues, travailleurs sociaux, médiateurs, planificateurs financiers, conseillers juridiques, etc. La liste détaillée des intervenants se trouve ci-dessous. Un maximum de 10 rencontres est prévu pour chaque personne. 

Critères d'admissibilité:

  • Être un artiste professionnel reconnu ;
  • Avoir été actif dans le milieu culturel au cours des 24 derniers mois ;
  • Avoir plus de 18 ans ;
  • Ne pas être couvert par un régime d’assurance collective ou personnel ou ne pas bénéficier de services d’aide psychosociale par l’entremise de son régime d’assurance ;
  • Ressentir des signes de détresse psychologique. En voici quelques exemples :
    • Changements significatifs de vos comportements et habitudes ;
    • Difficulté à assumer vos responsabilités, à prendre soin de vous et de votre famille;
    • Anxiété et peurs envahissantes ;
    • Fatigue importante, épuisement, perte de plaisir et désintérêt ;
    • Irritabilité et agressivité ;
    • Idées suicidaires.

Pour remplir le formulaire

Pour plus d'informations

3 M$ pour les artistes et travailleurs culturels du milieu des arts vivants - ( In French only )

April 12, 2021

Montréal, le 12 avril 2021 — Grâce au soutien financier du gouvernement du Québec, la Fondation des artistes, en collaboration avec la Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec (GMMQ) et l’Union des artistes (UDA), se réjouit d’annoncer le renouvellement du Fonds d’urgence pour les artistes et travailleurs culturels du milieu des arts vivants. Doté de 3 M$, le fonds vise à offrir un soutien financier direct aux artistes et travailleurs culturels.

Ce fonds d’urgence a pour but d’aider les artistes et les travailleurs culturels du milieu des arts de la scène qui ont besoin d’un soutien financier. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), l’Union des artistes (UDA) et la Fondation des artistes (FDA) travaillent de concert pour la distribution de ce fonds.

Un don de 2 000 $ sera octroyé par artiste et travailleur culturel admissible.

Voici les principaux critères d’admissibilité au Fonds d’urgence :

  • Oeuvrer dans le domaine des arts de la scène et participer directement à la création ou la diffusion de l’oeuvre;
  • Être un artiste professionnel ou travailleur culturel, membre ou non d’une association professionnelle;
  • Avoir été actif professionnellement au cours des 24 derniers mois (contractuel ou pigiste);
  • Éprouver des difficultés financières.

NOUVEAU: Ouverture des critères. Les personnes ayant déjà recu un don à l'automne 2020 sont admissibles à partir du 30 avril 2021 à recevoir un second don.


C’est pour satisfaire aux nombreuses demandes d’aide restées sans réponse à l’automne dernier que la Fondation des artistes a interpellé la ministre de la Culture et des Communications du Québec, madame Nathalie Roy, dans le but qu’elle renfloue le Fonds d’urgence de 2 M$. « Trop d’artistes des arts vivants n’ont pas eu la chance d’obtenir un montant de 2 000 $ en novembre et décembre dernier. Après l’en avoir informée, la ministre Nathalie Roy a tout mis en oeuvre pour que nous annoncions aujourd’hui, le renouvellement du Fonds. Soulignons que c’est plus qu’un renouvellement, c’est une augmentation de 50 %. » soutient le président du conseil d’administration de la Fondation, Michel Laperrière.


Une récente étude menée par la Fédération nationale des communications et de la culture, en collaboration avec l’UDA, la GMMQ et six autres regroupements professionnels du milieu artistique, révèle que depuis un an, le milieu des arts de l’interprétation a perdu 53 % de ses emplois disponibles. De plus, 43 % des artistes sondés présentent des symptômes de dépression, d’anxiété et des pensées suicidaires.


Par ailleurs, un sondage, effectué par l’UDA auprès de ses membres, rapporte que 47 % des répondants songent carrément à abandonner le métier. « On le sait, l’argent ne règle pas tous les problèmes, mais ça diminue le stress du quotidien comme payer le loyer et l’épicerie. Bien que les artistes soient habitués de vivre avec les hauts et les bas du métier, la COVID-19 a exacerbé leurs conditions. Les artistes du milieu de la scène sont parmi les moins nantis. Vivement que ce soutien leur soit versé directement », mentionne Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes.


« La reprise des activités sur scène va être lente et progressive. Les musiciens professionnels ont encore besoin de soutien financier en attendant que le secteur reprenne à plein régime, comme avant la pandémie. Nous remercions la ministre de la Culture d’avoir pris cette situation en considération et d’avoir renouvelé le fonds. » Luc Fortin, président de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec
(GMMQ) ». Actuellement, plus d’un musicien sur deux fait face à des difficultés financières et 67 % des musiciens professionnels estiment que leur revenu en 2021 sera égal ou inférieur à celui de 2020, d’après un sondage de la GMMQ effectué en février 2021.


« C’est une priorité pour notre gouvernement de soutenir les artistes en ces moments difficiles. C’est pourquoi nous avons répondu favorablement à la demande de la Fondation des artistes de bonifier l’aide directe qui leur a été allouée dans le cadre de notre plan de relance économique en culture. Cette aide supplémentaire de 3 M$ permettra à la FDA d’intervenir encore plus largement auprès des artistes et des travailleurs culturels dont la capacité de travail est limitée en raison de la pandémie. » Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications


Les artistes et travailleurs culturels qui satisfont aux critères mentionnés ci-dessus sont invités à remplir le formulaire disponible sur le site Web de la Fondation des artistes. Des pièces justificatives sont également demandées. Consultez le site fondationdesartistes.ca pour plus d’informations.


À propos de la Fondation des artistes
La Fondation des artistes, avec l’aide de ses partenaires affiliés, procure une aide financière ponctuelle aux artistes d’ici qui traversent une période précaire. Elle soutient tous les artistes et les artisans professionnels, peu importe leur âge et leur secteur: arts de la scène, télévision, cinéma, arts visuels, musique, etc. L’aide offerte par la Fondation prend la forme de dons ou de prêts. Ces allocations permettent de répondre aux besoins essentiels des artistes comme le logement, l’épicerie, les soins de santé, etc.


À propos de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec
La Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) a pour mission de faire reconnaitre la valeur de la musique ainsi que la contribution indispensable des musiciens professionnels à la société en représentant et en défendant leurs intérêts artistiques, sociaux et économiques. Elle compte aujourd’hui environ 3 200 membres. Notamment, la GMMQ établit les conditions minimales de travail des musiciens et agit collectivement au nom de ses membres lorsqu’elle estime que leur intérêt est touché.


À propos de l’Union des artistes
L’Union des artistes est un syndicat professionnel représentant plus de 13 000 artistes regroupés au sein de quatre champs de pratique artistique : acteurs, chanteurs, animateurs et danseurs. L’UDA représente les artistes professionnels oeuvrant en français au Québec et ailleurs au Canada, de même que tous les artistes oeuvrant dans une autre langue que le français sauf dans une production faite et exécutée en anglais et destinée principalement à un public de langue anglaise.

Formulaire de demande

Plus d'informations
Fondation des artistes
Patsy Joncas
pjoncas@fondationdesartistes.ca
514 288 7150 poste 1332
fondationdesartistes.ca

design : SYCLONE