Retour sur le 99e Congrès de l'AFM - 22 au 25 juillet 2013

Comme nous vous l’avons annoncé récemment, trois délégués de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) assistent présentement au Congrès de l’AFM qui se tient à Las Vegas du 22 au 25 juillet : Luc Fortin, président, Jacques Bourget, vice-président Québec et Mylène Cyr, directrice générale. Rappelons que le congrès de l’AFM est un événement triennal qui a réuni cette année 161 sections locales des États-Unis et du Canada. À cette occasion, les délégués sont invités à élire les dirigeants et à voter sur les résolutions proposées pouvant ainsi modifier les règlements généraux de la fédération. 

Les 3 délégués de la GMMQ au 99e Congrès de l'AFM (de gauche à droite):
Jacques Bourget, vice-président Québec; Mylène Cyr, directrice générale et Luc Fortin, président


FAITS SAILLANTS DU 99e CONGRÈS DE L’AFM

- JOUR 1 / 22 JUILLET : MISE EN TUTELLE DU LOCAL 145 DE VANCOUVER PAR L’AFM

Un dossier sensible soumis au vote durant le Congrès de l’AFM a interpellé la GMMQ. Il s’agit du local 145 de Vancouver qui a récemment été mis sous tutelle par l’AFM puisqu’il a contrevenu aux règlements en signant une entente reliée à la musique de film sans autorisation de l’International Executive Board (IEB). Les délégués de Vancouver, dûment élus avant le congrès, ont pu assister au Congrès de l’AFM mais ont été dépouillés de leur droit de vote. L'appel de Vancouver pour mettre fin à la tutelle imposée par l’AFM a été rejeté à la quasi-unanimité par les congressistes; seuls les trois délégués de la GMMQ ont appuyé le local de Vancouver. La tutelle est donc maintenue, alors même que le dossier est devant les tribunaux de la Colombie-Britannique, et les administrateurs du local 145 ont été congédiés. Les conséquences de cette mise sous tutelle devraient être importantes; les musiciens de Vancouver pourraient perdre des centaines de milliers de dollars en contrats de musique de film, des emplois iront ailleurs dans des orchestres non syndiqués à l’extérieur du Canada. La GMMQ exprime à nouveau son soutien aux délégués de Vancouver, David Brown et Dave Owen.


- JOUR 2 / 23 JUILLET : AUGMENTATION DES COTISATIONS ADOPTÉE PAR LE CONGRÈS

Dans son mot du président (revue Entracte, printemps-été 2013), Luc Fortin mentionnait que l’International Executive Board (IEB) de l’AFM avait publié en mai la recommandation n°1 proposant, entre autres, d’obliger les locaux à augmenter automatiquement de 10 $ la cotisation des membres et d’augmenter les cotisations d’exercice. Malheureusement, cette recommandation a été adoptée par le Congrès et sera applicable dès le 1er janvier 2014. Les délégués de la GMMQ ont voté contre cette recommandation.

Les membres de la GMMQ auront donc prochainement à décider s’ils veulent payer 10 $ de plus sur leur cotisation. En cas de refus, la GMMQ devra de toute façon envoyer l’argent demandé à l’AFM et subira ainsi une perte de près de 32 000 $ dès 2014. Nous n’avons trouvé, dans le plan budgétaire présenté par l’AFM pour justifier ces hausses, aucun nouveau service qui pourrait bénéficier à nos membres. Nous allons donc devoir en tenir compte dans nos discussions à venir avec l’AFM.


- JOUR 3 / 24 JUILLET : LA RÉSOLUTION DE LA GMMQ SOUMISE AU CONGRÈS

Dans les précédents numéros de la revue Entracte, Luc Fortin, vous a fait part des enjeux importants pour la GMMQ de ce 99e Congrès de l’AFM puisque nous avons soumis en mars dernier une résolution (n°21) proposant un statut de syndicat autonome affilié pour la GMMQ au sein de l'AFM, nous permettant ainsi de conserver certains avantages de l'affiliation à l'AFM, à un prix négocié avec la Fédération, et de garder au Québec une grande part de nos cotisations pour les négociations, le lobbying et la traduction. Cette demande est notamment justifiée par les coûts accrus pour notre association (à ce jour plus ou moins 250 000 $ par année est envoyé à l’AFM), par le contexte linguistique, légal, culturel et politique du Québec, ainsi que par les nombreuses négociations en cours et à venir dans le contexte de la Loi sur le statut de l'artiste. La résolution n°21 déposée par la GMMQ est disponible sur l’accès membre du site web www.gmmq.com

La position du Congrès sur notre résolution

Les résolutions déposées sont, dans un premier temps, étudiées par des comités. Lors du congrès, ceux-ci présentent ensuite aux délégués un rapport favorable ou défavorable pour chacune des résolutions. Ce rapport vient généralement influencer l’avis des délégués qui doivent ensuite voter l’adoption ou le rejet des résolutions.

Les délégués de la GMMQ ont donc rencontré le Comité "Law & Finances" et répondu à leurs questions. Mercredi 24 juillet, le Comité a émis un rapport défavorable à notre résolution.  Il a cependant reconnu  notre situation exceptionnelle, et même unique dans l'AFM, et a déclaré que nous avions besoin d'un sérieux coup de main de la Fédération. Le Comité présidé par M. Eddy Bayens, président du Local d'Edmonton, a donc proposé aux 253 délégués de référer cette résolution n°21 à l’International Executive Board (IEB) de l'AFM et de le mandater pour trouver une solution rapide qui nous  permettrait de rester dans la Fédération tout en ayant les moyens de remplir nos obligations en vertu de la Loi sur le statut de l'artiste. L'ensemble du Congrès a appuyé cette recommandation par un vote unanime, suite à l’intervention au micro du président de la GMMQ, Luc Fortin. Il est important de noter que des délégués du Canada et de Los Angeles ont également exprimé leur soutien à la GMMQ en soulignant l’importance de notre local au sein de la Fédération et en demandant la recherche rapide d’une solution.

Et après ?

La balle est maintenant dans le camp de Ray Hair, président de l'AFM réélu mercredi par acclamation, avec lequel les négociations entre l’AFM et la GMMQ n’ont jusqu’à maintenant pas été concluantes.

Notons que l’International Executive Board (IEB) sortant a été réélu au complet sans trop d’opposition.

Si notre résolution n’a pas été adoptée, le fait qu’elle n’ait pas non plus été rejetée montre bien que la situation de la GMMQ est unique et sans précédent; notre résolution mérite donc d’être étudiée attentivement par l’AFM et une solution devra être rapidement trouvée. Nous espérons que l’International Executive Board (IEB) donnera suite rapidement à ce mandat très clair qui lui a été donné par le Congrès. 

Nous vous tiendrons informés de l’avancement de ce dossier.