La GMMQ s’accorde avec l’ADISQ pour reconduire l’entente collective sur les conditions de travail à la scène

Montréal, le 20 octobre 2009 - Afin de faire évoluer les négociations avec l’ADISQ, la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) s’est entendu avec cette dernière quant à la reconduction de leur entente collective sur les conditions de travail à la scène. Il a été convenu que le cachet de base pour une prestation, actuellement de 103 $, passerait à 118 $ ; une hausse de 15 $ et que le tarif des répétitions serait augmenté de 90 cents, afin de faire la parité avec celui de l’UDA (15,90 $ l’heure). Ces augmentations prendront effet à partir du 2 novembre 2009. Pour les contrats signés avant cette date et effectués d’ici le 2 février 2010, les anciens tarifs pourront toutefois s’appliquer, sauf entente contraire entre l’artiste et le producteur.
 
En contrepartie, les deux parties s’accordent une année pour renégocier de façon soutenue et avec diligence l’entente sur le phonogramme, échue depuis 1998. Au terme de cette année, la négociation au niveau de l’entente scène sera réenclenchée.
 
« Par cet accord nous avons atteint deux buts : augmenter le plus tôt possible des cachets minimaux très bas et non revus depuis 2003 et prioriser la négociation du renouvellement de l’entente pour le disque (phonogramme), qui avait été négociée dans un contexte technologique et économique très différent de la situation actuelle et qui nécessite d’être actualisée depuis son échéance en 1998 » a souligné Luc Fortin, le président de la GMMQ. En février 2009, la GMMQ s’unissait avec l’UDA afin d’élaborer des revendications communes pour le renouvellement de leurs ententes collectives. C’est donc de manière concertée que les deux associations négocieront leur entente phonogramme, dans le but de maximiser les ressources et le temps disponible.
 
 


 

- 30 -

Renseignements: Marie-France Garon
Responsable des communications
Guilde des musiciens et musiciennes du Québec
514.842.2866, poste 246